L’Art de Faire le Mur

À 27 ans, Benjamin Tran, alias Le Monstr, repeint les murs de Montréal. Originaire d’Annecy, en France, il s’est installé à Hochelaga pour vivre de son art. Au début du mois de juin, le festival Mural lui a donné dix jours pour recouvrir une façade du Plateau, et la propriétaire de l’immeuble lui a laissé carte blanche.

Pour Benjamin, l’important est de proposer une fresque dans laquelle tout le monde se reconnaît. Il se considère illustrateur avant artiste mural. “Mon travail parle du temps”, dit-il, “quand tu peins, le temps ne passe pas de la même façon”. Parmi ses inspirations, Basquiat et Matisse font figure de modèles. Il mélange l’acrylique au pinceau et le spray noir ou blanc pour dessiner des personnages génériques et des scènes du quotidien.

Envahir un quartier

Même s’il affirme que la plupart des passants l’ont félicité, Benjamin reconnaît que certains résidents ont été choqués par son oeuvre. Selon Norma, une voisine, “les riverains devraient être consultés sur le type d’oeuvre à afficher dans le quartier”, surtout au Carré Saint Louis, classé au patrimoine historique.

Selon un autre riverain, Quentin, l’oeuvre du Monstr a été vandalisée dans les jours suivants la fin du festival, puis recouverte immédiatement. Après dix jours de festival, les résidents verront l’oeuvre de l’artiste pendant un an, qu’elle leur plaise ou non.

Amandine Hamon, Pauline Bezzina, Marianne Castelan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s